Découvrir le réseau

BIOMAX

Pierre Libeaut

BIOMAX, QU'EST CE QUE C'EST ?

BIOMAX est une centrale de cogénération alimenté au 100 % bois. Elle produira de la chaleur qui sera diffusée sur le réseau de Chauffage Urbain pour chauffer entre 15 000 et 20 000 équivalents-logements, mais aussi de l'électricité. Une partie de l'électricité produite servira à répondre à la consommation de la centrale, l'autre partie fournira près de 10 000 équivalents-logements.

 

La cogénération, comment ça fonctionne ?

 

Verdissement du mix énergétique grâce à BIOMAX

Le réseau de Chauffage Urbain de la Métropole utilise aujourd'hui 72 % d'énergies renouvelables et de récupération dans son mix énergétique : ordures ménagères, farines animales ou encore bois. Avec BIOMAX, ce taux passera, à terme, à 85 % à l'horizon 2022. Ce qui permettra une économie d'environ 12 000 tonnes de CO2 par an.

Mix énergétique 2018/2019

L'AGENDA DES TRAVAUX

Dès JANVIER 2020 : CHASSES VAPEUR

Avant la mise en service du site, des opérations de nettoyage des tuyauteries seront menées pour les débarrasser de toutes les impuretés.
Ces opérations appelées « chasses vapeur » produisent du bruit et des dégagements de vapeur d’eau dans l’atmosphère, sans impact sur la qualité de l’air. Elles se matérialisent par un important panache de vapeur blanc et un sifflement dû à l’échappement à grande vitesse de la vapeur des tuyaux.
Indispensable pour ce type d’installation, les « chasses vapeur » visent à préserver l’intégrité de l’installation : une impureté qui serait projetée sous pression et à grande vitesse dans le système de production d’électricité et de chaleur risquerait de l’endommager.


Ces « chasses vapeur » dureront environ 3 semaines à compter de début janvier.
Deux « chasses vapeur » par jour du lundi au vendredi :

  • 1ère entre 10 h 00 et 11 h 00
  • 2e entre 16 h 00 et 17 h 00

Celles-ci dureront entre 5 et 15 minutes à chaque fois.

À PARTIR DE février 2020 : TESTS DE FONCTIONNEMENT AVANT LA MISE EN SERVICE PRÉVUE AU PRINTEMPS 2020

Dès la fin des opérations de « chasses vapeur », les premiers essais de fonctionnement du site auront lieu.
Dans un premier temps à froid, afin de tester et contrôler chaque équipement, puis dans un second temps à chaud afin de vérifier le bon fonctionnement de l’installation dans des conditions réelles d’utilisation. Une fois ces tests validés, l’installation sera prête à démarrer.
À cette occasion, vous pourrez apercevoir les premiers panaches au sommet des cheminées.
La chaudière de BIOMAX, 100 % bois, respectera les seuils d’émissions de poussières, de dioxyde de soufre, d’oxyde d’azote et de monoxyde de carbone fixés par arrêté ministériel. La production d’énergie est soumise à des normes très strictes. Les sites de production sont équipés des systèmes de traitement des fumées les plus performants, et la qualité des rejets est mesurée en continu et contrôlée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).


À énergie produite équivalente, BIOMAX émettra 70 % de moins d’oxydes d’azote et 30 % de moins de particules fines que la centrale au fioul qu’elle viendra remplacer.

UNE GESTION RESPONSABLE ET DURABLE DE LA RESSOURCE BOIS

NOTRE FILIÈRE D'APPROVISIONNEMENT EN BOIS

Studio Bambam

Dans une démarche d’innovation, le réseau de Chauffage Urbain s’est engagé à accélérer le recours aux énergies renouvelables en remplacement des énergies fossiles, avec un effort soutenu pour la biomasse bois-énergie. Le bois est une énergie neutre en émission de CO2 car il rejette, lors de sa combustion, le CO2 qu’il a capté pendant sa croissance. Dans une démarche de coupes raisonnées, 100 000 tonnes de bois ont été valorisées en chaleur sur la saison de chauffe 2018- 2019 et 150 000 tonnes à l’horizon 2020, notamment grâce nouveau site de production BIOMAX.

Le réseau de Chauffage Urbain de la Métropole grenobloise collabore avec des partenaires publics et privés locaux, pour satisfaire ses besoins en bois-énergie. La totalité de ce bois provient de la région puisque la distance moyenne d’approvisionnement est de 62 kilomètres autour de Grenoble (100 kilomètres maximum). L’approvisionnement s’effectue en Isère et sur une partie de la Savoie dans des forêts durablement gérées, c’est-à-dire des forêts bénéficiant par exemple des certifications PEFC, FSC, …

Cette démarche réduit fortement l’impact écologique du transport du bois, favorise l’économie locale et contribue à une gestion durable de la ressource.

SCHÉMA DE LA FILIÈRE D'APPROVISIONNEMENT EN BOIS

Studio Bambam

TRAITEMENT DES FUMÉES

La production d’énergie est soumise à des normes très strictes. Les sites de production sont équipés des systèmes de traitement des fumées les plus performants, et la qualité des rejets est mesurée en continu et contrôlée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

La chaudière de BIOMAX, 100 % bois, respectera les seuils d’émissions de poussières, de dioxyde de soufre, d’oxyde d’azote et de monoxyde de carbone fixés par arrêté ministériel.

La couleur blanche du panache s’explique par la présence d’eau et la faible température des fumées. Ainsi, le panache blanc traduit d’une excellente performance énergétique.

LE SAVIEZ-VOUS ?

1 logement raccordé au chauffage urbain émet 
30x moins de particules qu’un logement chauffé avec un poêle à bois fermé
     1000x moins de particules qu’un foyer bois ouvert
1 tonne/an de CO2 en moins par rapport au gaz*

 Le chauffage urbain de l’agglomération grenobloise évite la présence de plus de 1 000 chaudières collectives d’immeubles

*Logement moyen de type T3 avec isolation thermique moyenne, alimenté par une chaudière classique au gaz fossile à 100%

DES TECHNOLOGIES DE POINTE AU SERVICE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

BIOMAX met en œuvre deux innovations majeures :

  • Le stockage de la chaleur sous haute-pression :

BIOMAX dispose d'un ballon de stockage de 1 000 m3 qui permet de stocker la chaleur et de la restituer lors des pics de consommation. Cette technologie permet d'éviter de démarrer d'autres sites de production dits d'appoint (qui fonctionnent à l'aide d'énergies fossiles) lorsque la demande devient trop forte (le matin et le soir et durant les périodes de grand froid).

  • Un nouveau système de récupération de la chaleur

BIOMAX dispose également d'un nouveau système de récupération de la chaleur issu de la condensation des fumées qui permet de pré-sécher le bois avant de le brûler dans la chaudière. Cette technique améliore le rendement de la combustion calorifique, ce qui permet d'émettre moins de fumée, de mieux chauffer et d'éviter de rejeter inutilement de l'air chaud dans l'atmosphère.

FOIRE AUX QUESTIONS

Avec quoi est alimenté le site de BIOMAX ?

BIOMAX est alimenté grâce à un combustible unique : le bois.

Le réseau de Chauffage Urbain de la Métropole grenobloise collabore avec des partenaires publics et privés locaux, pour satisfaire ses besoins en bois-énergie. La totalité de ce bois provient de la région puisque la distance moyenne d’approvisionnement est de 62 kilomètres autour de Grenoble (100 kilomètres maximum). L’approvisionnement s’effectue en Isère et sur une partie de la Savoie dans des forêts durablement gérées, c’est-à-dire des forêts bénéficiant par exemple des certifications PEFC, FSC, …

Cette démarche réduit fortement l’impact écologique du transport du bois, favorise l’économie locale et contribue à une gestion durable de la ressource.

En cas de panne du site, les foyers alimentés en chauffage et en eau chaude sanitaire seront-ils tout de même alimentés ?

BIOMAX fait partie des nombreux sites de production de chaleur du réseau de Chauffage Urbain de la Métropole. Ainsi, les 5 sites de production sont complémentaires et prennent le relais en cas d'incident sur l'un des sites.

Est-il possible de visiter le site ?

Lorsque que le chantier sera achevé et tous les tests de fonctionnement réalisés, des visites ouvertes au grand public seront proposées sur inscription.
Le détail de ces visites sera disponible sur cette page courant 2020.

Le site fonctionnera-t-il toute l'année ?

Le site produira de la chaleur et de l'électricité sur 6 à 7 mois de l'année uniquement. Le reste du temps, des équipes seront sur place pour réaliser les travaux de maintenance et d'entretien des installations.
En été, le besoin en chauffage est presque inexistant. Le Chauffage Urbain fournit uniquement les logements raccordés en eau chaude sanitaire. C'est l'Unité d'Incinération et de Valorisation Énergétique Athanor qui se charge de fournir cette énergie en valorisation les ordures ménagères et les refus du centre de tri de l'agglomération.
En effet, l'UIVE Athanor est le seul site du Chauffage Urbain a fonctionner toute l'année pour incinérer les ordures ménagères.

Les fumées du site BIOMAX seront-elles polluantes ?

La production d’énergie est soumise à des normes très strictes. Comme pour tous les sites de production du Chauffage Urbain, BIOMAX est équipé des systèmes de traitement des fumées les plus performants, et la qualité des rejets est mesurée en continu et contrôlée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).
La couleur blanche du panache s’explique quant à elle par la présence d’eau et la faible température des fumées.
Ainsi, le panache blanc traduit d’une excellente performance énergétique.